Logo Rhéodémocratie
Dédé
Avec l'aimable participation de Dédé, ovin sorti du troupeau
Philo
Dynamique de la société civile


La dynamique politique des territoires ne réside pas seulement dans les assemblées politiques. Elle est fondamentalement liée à l’interaction entre les assemblées et la société civile. C’est en effet à cette dernière qu’est naturellement dévolue la richesse et la diversité des analyses et des propositions. La multiplicité des assemblées territoriales offre de nombreux points de connexion entre la structure politique et les citoyens. Les assemblées s’inspirent des bonnes idées émanant de la société civile, et ces bonnes idées se diffusent ensuite par acculturation transversale.

La société civile apporte donc son intelligence politique. Les assemblées, quant à elles, développent une intelligence d’intégration et d’application des contributions de la société civile. Chacun dans leur domaine, le Collège et le Gouvernement d’une assemblée ont essentiellement un rôle d’arbitrage et de décision face à l’éventail des possibilités proposées par la société civile. Les rôles sont ainsi naturellement répartis : La société civile éclaire et propose, les assemblées discernent et décident.

Nous avons vu que des citoyens du territoire peuvent intégrer le Gouvernement. Il pourra s’agir d’anciens gouvernants particulièrement appréciés, ou de personnes ayant démontré un sens remarquable de l’action tels que des entrepreneurs, des fondateurs d’associations…

Il appartient cependant aux assemblées de veiller à ne pas se laisser noyauter ou gouverner par des intérêts particuliers.

Les citoyens peuvent aussi déclencher des référendum d’initiative populaires (cf. annexe) afin de prendre des mesures que n’ont pas prises les assemblées. Mais le jeu démocratique doit surtout s’exercer en amont : la proximité entre les assemblées et le citoyen doit faciliter leur dialogue et permettre au politique de ne pas être en retard sur la société civile. Les assemblées doivent être en relation permanente avec les acteurs civils pour comprendre les évolutions, les enjeux et les risques, pour encadrer lorsque l’équité n’est plus assurée, ou au contraire libéraliser lorsque la liberté se trouve inutilement entravée par des carcans obsolètes.

Les principes fondamentaux de l’élaboration et de l’action politique sont les mêmes à tous les niveaux de l’échelle territoriale. Aux niveaux locaux le citoyen est très proche de l’assemblée, et la maturation de la culture politique citoyenne se forge à ces niveaux-là (le renouvellement permanent des assemblées y contribue également). Aux niveaux supérieurs (national et au-delà), cette culture imprégnant le tissu citoyen reste tout-à-fait pertinente même si elle s’exerce sur d’autres enjeux. La maturité politique acquise par le citoyen aux niveaux locaux lui permet de moins se laisser manipuler par les politiques, les médias et les grands lobbies aux niveaux nationaux et des grandes fédérations.

Si la démocratie se mesure à la maturité politique du peuple, alors la rhéodémocratie porte en elle les gènes d’une grande et belle démocratie.

Annexes



Changer la taille du texte